AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Retrouvailles tardives [Blake]

Aller en bas 
AuteurMessage
Nick Walters*

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 28
Age du perso : 25 ans
A Eden depuis : Il fait partit du clan des renégats
Humeur : Maussade
Date d'inscription : 16/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Retrouvailles tardives [Blake]   Jeu 18 Déc - 20:17

Une nuit sans éblouissement avait prit la place du divin soleil. Déjà les nuages s’amoncelaient pour ne laisser transparaître qu’un quartier de la lune céleste et effaçaient toutes les étoiles susceptibles de se refléter dans les prunelles claires d’un jeune homme aux pas déterminés. Ce dernier avançait à vive allure dans le sol sablonneux qui scintillait sous les rayons de la maîtresse de la nuit. C’est de cette démarche assurée, toujours quelque peu hautaine, que Nick Walters avançait vers les barrières interdites où régnait paisiblement son ennemi.

Il sentait déjà la présence de sa petite sœur qui lui manquait depuis tant de mois. Leur dernier échange avait été un calvaire d’angoisse, pour l’indifférence restait à jamais peinte sur le visage dur, autrefois si doux, du jeune homme. Avait-on le droit de venir voir un membre de sa famille, même lorsqu’on était un renégat ? Visite de courtoisie ? Ironie remarquable. Les ordres que Nick avait reçus ces derniers jours indiquaient que sa sœur serait en danger. Oui il venait la prévenir, la prévenir de ne plus jamais s’approcher de ce frère. Trahison ? Certes, ils s’étaient trompés mutuellement. Pourtant elle restait l’être le plus proche de lui, le même sang coulait dans leur veine, il aurait préféré faire couler le sien plutôt que celui d’Alex. Seulement l’état second qu’avait exploré sa solitude et son amertume, ainsi que les propos persuasifs du chef de renégats, avaient fait changé Nick au point d’en devenir pratiquement une machine de guerre.

Brusquement, il passa une main fade sur son visage et dans ses cheveux, les ébouriffant involontaire, une frasque habituelle. Il espéra faire taire ses voix qui dictaient ses pensées et son esprit. Au fur et à mesure qu’il s’approchait des murailles sophistiquées d’Eden, Nick ralentissait le pas. Il convoitait l’espoir que sa taupe de l’intérieure de la citadelle avait obéit à sa demande. Des renégats étaient implantés un peu partout dans la cité, prenant le rôle d’espions, alimentant ainsi le réseau rebelle. Il avait du inventé une raison pour pouvoir avoir l’accord de libre accès en prétextant que les vivres se faisaient rares et l’approvisionnement était primordial. La taupe avait alors entreprit, déjà bien placé, de détourner informatiquement les caméras pendant une dizaine de minutes. Nick ne devait rester que trois quarts d’heure dans l’enceinte de la ville. Au bout de ce temps imparti, dix minutes lui serait dues pour qu’il puisse ressortir sain et sauf. Autrement dit, aucune faute n’était permise.

Jetant un coup d’œil à sa montre, Nick se lança alors au bon signal : l’heure précise où les caméras seraient hors de sa portée. Bien entendu, une fois arrivée de l’autre côté, il devait être deux fois plus vigilants : des gardes faisaient des rondes de jour comme de nuit. Là, ce serait à ses risques et périls. Trouvant des coins d’ombre du à beaucoup de bâtiments tombés en ruine, Nick se cacha habilement tous les cinquante mètres, courant entre chaque destination. Enfin il arriva dans les ruelles de la citadelle. Apparemment personne ne rôdait dans le coin. Nick s’attarda entre deux rues étroites, se colla au mur d’une vieille maison en fermant les yeux, imposant à sa respiration un rythme plus régulier.

Bruits de pas.
Un souffle apaisé.
Une démarche déterminée.
Sans réfléchir, Nick sortit son long couteau et glissa contre le mur, quelqu’un arrivait près de lui dans la rue adjacente. C’est alors qu’il marcha sur quelque chose qui laissa deviner sa présence au promeneur. Trop tard il était repéré. Le renégat sortit de sa cachette et attrapa la personne par le bras, il la plaqua contre le mur, plaquant une main sur sa bouche. Ses yeux bleus scrutèrent les alentours. Quelqu’un d’autre venait. Il reteint son souffle, serrant sa main sur les lèvres de la personne qu’il retenait contre lui pour lui indiquer le silence. Penchant légèrement la tête sur la rue, Walters put voir un de ces soldats armés qui repartait à l’opposé de la où il était.

Prenant soudain compte dans l’état où il s’était trouvé, collé contre cette personne qui l’avait surpris, Nick reposa son attention sur son captif. Ou plutôt SA captive. C’était une femme, on pouvait aisément le savoir en sentant ce corps fin aux courbes délicates, mais aussi par la finesse de ce visage qu’il tenait entre ses mains. Il lui était impossible d’examiner le visage qui se trouvait en face de lui, l’obscurité noircissait son champ de vision. Nick sentit la femme s’agitait sous son étreinte forcée. Une étrange impression le submergea. Une impression de déjà connue. Cette odeur…

Comme par enchantement, la lune se libéra d’un nuage qui cachait sa luminosité, dévoilant ainsi leur identité à tous les deux. Brusquement, Nick, l’air presque craintif, la relâcha et se recula d’elle, la reconnaissant. Celle qu’il avait sauvée il y a deux ans. Celle que son camp avait maltraitée, celle qu’il avait soignée à l’insu de tous. Pourtant ils étaient deux inconnus, elle ne savait même pas qu’il faisait parti de ce clan qui l’avait torturé.
Son cœur battit si vite qu’il eut peine à rassembler ses esprit. Elle était encore plus belle. C’était la seule qu’il avait qualifié ainsi, malgré son refus de se convaincre jusqu’aujourd’hui.

Cependant, maintenant elle apprendrait bien vite son coté renégat, l’alerte serait donné. Il n’était que son adversaire. Nick ne parlait pas. Comme d’habitude, il ne disait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Kennedy*

avatar

Nombre de messages : 8
Age : 31
Age du perso : 24 ANS
A Eden depuis : vient d'arrivée, il y a peu
Humeur : changeante
Date d'inscription : 15/12/2008

LOG BOOK
About Love: what's love ?
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   Ven 19 Déc - 19:31


    Blake était gentillemment installé dans ce qui lui servait de lit, c'est à dire, un vieux matelas défoncé, et une couverture miteuse, la laissant grelotter de froid par les fraiches nuits d'hiver qui étaient les leurs en cette période d'hiver, elle n'arrivait donc guère à trouver un repos bien mérité, elle ne cessait de se retourner encore et encore entre ses draps, même si elle savait bien que la raison de ce manque de sommeil, était plutôt du aux cauchemars qu'elle redoutait tant depuis le jour ou sa vie avait basculé dans l'horreur la plus indescriptible, quand James était mort devant ses yeux, brulé vif sans l'ombre d'une chance de s'en sortir. Dès qu'elle fermait ses yeux, l'image s'imprimait sur sa rétine comme la brulûre invisible d'un évènement que jamais elle ne pourrait oublier, elle n'avait jamais compris cette folie meurtrière, et l'a comprenait encore moins aujourd'hui, après l'attaque d'Eden, sa tête se bousculant de milles et une questions, toutes sans la moindre réponse à ses yeux pour le moment.

    Finalement, lassée de ne pas trouver la force de dormir, elle finit par se lever, rejetant le drap, avant d'enfiler un peu plus adéquate que le simple tee shirt un peu trop long, ayant appartenu à James qui lui servait de chemise de nuit, elle enfila, un vieux jean, légèrement usé, elle l'avait depuis des années maintenant, et un tee shirt aussi peu luxueux, elle mit un pull qui était déformé, à force qu'elle tire sur les manches dès qu'elle se sentait un peu nerveuse ou légèrement embarassée, elle passa une main rapide dans ses cheveux courts dorénavant, une vieille habitude reprise depuis la mort de James.

    Elle se glissa en dehors de son baraquement, et jeta un coup d'oeil aux alentours, les rues étaient sombres et désertes, juste quelques silhouettes se profilant au loin, certainement quelques membres de la relève, assurant leur sécurité, il fallait l'avouer, la plupart des habitants évitaient de s'aventurer dehors tard le soir depuis la terrible offensive de ceux qu'on nommait renégats ici, et qui elle avait pu comprendre était de ceux qui avait tué James, alors pour le moment, elle ne se posait pas vraiment de questions, elle se disait juste qu'il y avait les méchants, et les bons, mais elle était loin d'être stupide, et ce monde manichéen, elle avait du mal à y croire, elle se plaisait à penser qu'il existait tout un nuancier de gris entre les deux, comme cet homme qui lui avait sauvé la vie, elle avait eu beau le chercher dans cette citée depuis son arrivée, elle ne l'avait pas trouvé, et pourtant elle le savait pour avoir pris soin d'elle, il devait avoir une part de bon en lui, une grande, alors tous les gentils ne se trouvaient peut être pas forcément derrière ses remparts.

    Elle prit la direction qui lui semblait être approprié, celle de vieux immeubles abandonnés se trouvant aux abords des remparts, elle aimait s'y retrouver pour observer le désert à perte de vue qui s'offrait à elle, rêvant de ce qu'il pouvait bien y avoir dehors, sa curiosité, lui soufflant de braver les interdits et de s'y aventurer, mais pouvait elle aisément prendre le risque de se faire attaquer de nouveau, biensur, elle était devenue beaucoup plus forte, depuis qu'elle n'avait plus qu'elle même sur qui compter, et elle ne se ferait probablement pas avoir comme la dernière fois, mais elle ne pouvait l'ignorer le danger rodait toujours et pourtant, elle avait eu la preuve qu'il rodait aussi à l'intérieur des lieux puisque plusieurs personnes avaient trouvé la mort devant ses yeux, au sein d'Edn.

    Tandis qu'elle marchait d'un pas déterminé, vers son observatoire, un bruit la fit se figer sur place, un regard de fauve acculé se peignant dans ses yeux, un pressentiment l'étreignant à ce moment précis, quand une main s'empara de son bras, sans qu'elle est eut le temps de voir ou de faire quelquechose, une main légèrement glacée, plaquait sur ses lèvres dans un geste décidé, une respiration haletante, aux aguets, une silhouette se profilant au loin, un regard, un son étouffée contre cette paume, elle se tut, comprenant l'inutilité de crier, quand la main ressera son étreinte sur sa bouche, la silhouette s'éloignant, elle se retrouvant seul, un corps d'homme collait au sien, une présence qu'elle n'aurait pu malgré tout qualifié de menaçante.

    Elle tentait d'apercevoir les traits de l'homme mais la nuit couvrait son visage, quand un nuage se dégagea pour lui offrir alors le visage de la personne qui la tenait, ses yeux s'ouvrant un peu plus sous la surprise des traits qui apparaissait devant elle, c'était LUI. Elle aurait pu le reconnaitre entre milles, elle n'avait pas oublié cette mélancolie dans son regard bleu, ses traits fins et pourtant virils, elle sentit la main relachait son emprise, il l'avait reconnu aussi. A cet instant, elle oublia les conditions de cette rencontre, les questions qui affluait à son esprit, elle n'avait qu'une seule pensée, en tête, elle pouvait enfin lui dire les quelques mots qu'elle avait sur le coeur depuis si longtemps " Merci, d'avoir pris soin de moi"

    Elle le regardait toujours, s'imprégnant de chaques détails de son visage, ayant peur de le revoir disparaitre comme la première fois, mais alors son esprit se remit en marche, des questions s'imposèrent à son esprit, que faisait il là? Pourquoi l'avait il obligé au silence ? Pourquoi avait elle eu cette sensation légèrement menaçante, avant qu'il ne la reconnaisses? Elle devait se rendre au fait, il ne semblait pas à sa place dans cette citée qui avait été son refuge " Tu n'es pas d'ici." Une simple constatation, un peu de tristesse voilée au fond de la voix, elle le retrouvait enfin, mais elle savait que cela ne durerait pas longtemps.

    Elle reposa son regard noisette sur lui, et sans comprendre pourquoi, elle posa une main sur sa joue, comme pour lui faire comprendre sa gratitude un peu plus, même si cet instant n'était voué qu'à durer quelques minutes, même si tôt ou tard, il devrait fuir. Mais elle savait aussi qu'elle le laisserait partir, qu'elle ne signalerait pas sa présence, peut être cela faisait elle d'elle une traitre, aux yeux de certains, mais elle savait une chose, sans cet homme, elle serait morte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Walters*

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 28
Age du perso : 25 ans
A Eden depuis : Il fait partit du clan des renégats
Humeur : Maussade
Date d'inscription : 16/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   Sam 20 Déc - 17:14

    Désormais la lune n’avait plus le pouvoir de le dissimuler. Il ne pouvait plus se fourvoyer dans l’ombre comme il le faisait souvent. Nick ne s’était pas trompé, c’était bien elle. Il l’aurait reconnu entre mille autres. C’était cet air fragile qui se cachait derrière les yeux noisette qui l’avait captivé. Alors qu’il venait de s’écarter un peu trop vivement d’elle pour la libérer, le renégat aurait du se maudire de cette rencontre mais il ne pouvait pas. Car s’il l’avait sauvé une fois, il avait l’inquiétude naissante de devoir lui faire du mal tôt ou tard. Nick se reprochait d’être venue, mais à l’inverse il remerciait pour une fois le ciel de l’avoir fait réapparaitre devant lui. Pour avoir prit soin d’elle il y a déjà deux ans, il était certain qu’il ne pourrait jamais lui faire du mal de son propre chef.

    Mais pourquoi ?
    Pourquoi ce revirement de situation chez un être qui méprenait autrui à longueur de temps… ? Un homme qui ne respirait que la solitude et l’amertume ?

    Comme il en avait conclu, après qu’il l’est soigné, la jeune femme était venue à Eden s’y réfugier. Nick n’avait jamais espéré qu’elle puisse le retrouver, cette idée lui avait été bannie. Préférant rester dans l’inconnu, elle n’eut pas connaissance de son nom, comme lui ne connaissait pas le sien. Et pourtant il n’avait pas oublié…
    Bon nombre de fois, il avait tenté de fuir ce souvenir qui lui aurait presque couté la vie, autant à elle qu’à lui-même. Son clan n’aurait pas eut de pitié pour un renégat qui « pactisait » avec l’ennemi. Contrairement à ce que disait Quentin, Nick le démentait intérieurement ; une femme comme elle n’aurait pu le trahir. Il entendit alors la voix, parvenant lointainement dans son esprit, venant rompre les chaines de pensées abusives qui martelaient sa tête : " Merci, d'avoir pris soin de moi". Qu’aurait-il du répondre à cela ? Son regard clair, où l’indifférence s’était envolée, venait effleurer celui de la jeune femme dans une lenteur troublante. Mais alors qu’il aurait voulu répondre, rien ne sortit. Aucune maladresse, aucune timidité. Non. Juste une pensée : le souvenir de ce tatouage qu’il avait osé frôler de ses doigts, sur l’omoplate fine lorsqu’il avait entreprit les soins. Finalement, sa voix, plus froide qu’il ne l’aurait voulu, retentit dans une langueur extrême :


    « Je n’ai pas à être remercié. »

    N’était-ce pas la pure vérité ? Il avait été complice de l’assassinat de son ami, brulant vif sous ses yeux, et de la torture qu’elle avait enduré par la suite. Le regret ? Certes, il était mortellement présent dans l’esprit du jeune homme. Mais les ordres en avaient été ainsi, il avait accepté d’être un renégat et il l’acceptait toujours même si brutaliser et châtier un autre être humain n’avait jamais fait parti de ses convictions. Nick prit soin de détourner le regard, cet échange qui le retenait avec force, lui donna le prétexte de surveiller les environs. La rue sembla déserte.
    Seulement le sujet qu’il redoutait tant vint sonner un glas dans l’esprit du jeune homme. Dans un premier temps, il était pourtant facile de deviner qu’il n’était pas un habitant d’Eden de par sa vigilance constante et, dans un second temps, par son action de tout à l’heure. Les iris clairs s’allièrent de nouveau aux prunelles sombres :


    « Non. Tu as raison, je ne suis pas à ma place ici. »

    Délicatement, comme la caresse divine d’un papillon, une douceur frêle et chaude vint s’aplanir sur sa joue. La main féminine explora cette partie de son visage. Pendant ces quelques secondes, Nick ferma les yeux, appréciant cette légère tendresse qu’il n’avait plus connu depuis bien des années. Il tourna légèrement la tête afin de sentir le parfum de sa peau. Et comme si tout semblait l’atteindre pour une fois, l’inquiétude se peint sur son visage, faisant rouvrir brusquement ses yeux, la réalité réapparaissait plus grande que jamais. Ici on le prenait pour un ennemi, et pourtant il était déjà traitre à son clan.
    Sa main vint se poser sur celle de la jeune femme. Paisiblement, il retira les doigts qui effleuraient sa joue. Sa main froide rentra quelques instants en contact avec la chaleur corporelle et féminine, puis il rompit le lien.


    « Je n’ai rien d’un homme bien. Si j’ai fait ce que j’ai fait pour toi, c’était une erreur. »

    Mensonges.
    Il se trahissait vulgairement et ouvertement.
    Mais elle était tellement bien ici et avait même reprit des couleurs.


    « Oublie ça, oublie-moi. Tu n’auras aucun mal. Ici on s’occupera de te dire quels êtres infâmes vit au-delà des barrières de cette ville. » Avoua-t-il fermement sans ciller.

    Une douleur sanguinolente lui enserra la poitrine. Etrange phénomène qu’il préféra ignorer. Nick voulait rester indifférent à cette rencontre, après tout ils n’avaient rien en commun. Le ton de sa voix le surprenait, il n’était pas à sa place dans ce milieu, il fallait qu’il se ressaisisse sinon la mort deviendrait bientôt la maitresse de son corps. Cependant comme si ses pensées avaient été entendues, une fois de plus des bruits de pas venant dans leur direction vinrent interpeller l’ouïe masculine. Il était trop tard pour courir à l’autre bout de la rue et se voilait sous l’obscurité épaisse. Il la regarda une dernière fois. Puis il tourna la tête, abandonna le scintillement de la couleur brune, lorsqu’il sentit la tierce personne passait à coté d’eux, trompant son visage dans l’ombre pour ne pas être reconnu. Les pas se stoppèrent. Même ceci ne le réconforta pas, il lui semblait que ce petit tour de passe-passe ne le sauverait pas.

    Nick ne voulait pas lui donner des ennuies et encore moins lui imposer le poids de sa présence de hors-la-loi.
    Il avait peur.
    Pas pour lui, pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Kennedy*

avatar

Nombre de messages : 8
Age : 31
Age du perso : 24 ANS
A Eden depuis : vient d'arrivée, il y a peu
Humeur : changeante
Date d'inscription : 15/12/2008

LOG BOOK
About Love: what's love ?
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   Dim 21 Déc - 0:13


    Blake entendit la voix du jeune homme s'élevait, il refusait sa gratitude, mais elle ne s'en offusqua pas, elle ne comprenait pas vraiment tout dans ce monde, mais elle savait que même si il n'en voulait pas, elle lui garderait cette gratitude pour toujours, elle se surprit à se dire que sa voix, bien que froide, était agréable à entendre, elle ne se souvenait pas vraiment l'avoir beaucoup entendu parler, il se contentait du strict minimum quand il avait prit soin d'elle, et puis il avait disparu, deux ans déjà, et pourtant elle n'avait rien oublié, berçant se souvenir dans sa mémoire dans l'espoir de ce moment, elle aurait pu en être déçu, mais non, elle n'avait jamais espéré que les choses se passent comme dans un conte de fées, elle avait juste envie de pouvoir lui glisser ses quelques mots et elle y était parvenu était c'était tout ce qui l'intéressait alors, elle ne demandait rien d'autre, ne voulait rien d'autre.

    Elle aurait voulu lui demander son nom, vouloir savoir plus sur lui, mais elle le craignait leur temps était compté, surtout quand il lui confirma ne pas être à sa place ici, une déchirure dans sa poitrine, il était bon, pourquoi n'avait il pas le droit à la chaleur du foyer qu'offrait Eden, encore une de ses grandes questions qu'elle se posait perpétuellement. Le contact avec la peau froide du jeune homme fut bref, mais la jeune femme eut le temps de constater une certaine froideur, signifiant que le jeune homme errait dans l'air froid depuis des heures, elle aurait voulu pouvoir le réchauffer de sa paume, mais alors il rompit le contact, une lueur d'inquiètude se peignant sur son visage, une lueur que la jeune femme ne comprenait pas, et l'accumulation d'interrogation perpétuel continuait à lui parvenir dans un afflux massif, telles des vagues déchainés s'écrasant contre les roches, lors d'une tempête.

    Leurs deux mains se frolant un instant comme une communication silencieuse qu'il voulu démentir par des propos froid et qui lui semblait totalement vide de sens, elle ne pouvait croire qu'il ne soit pas un homme bien quelque soit le camp auquel, il pu appartenir, cela n'avait aucune importance pour elle, mais elle ne pourrait pas lui faire comprendre, elle pencha la tête dans une interrogation visible

    " Pourquoi tu dis cela ?"


    Telle une enfant naive, elle avait toujours besoin d'explication sur les propos de chacun, surtout quand tout cela lui semblait l'absurdité même.

    " Je crois que tu es un homme bien, mais que ton coeur se cache derrière cette haine."

    Elle s'exprimait toujours de manière un peu directe, mais elle ne pouvait s'empêcher de penser que la vérité était la seule certitude en ce bas monde, surtout quand on le savait rempli de tant de mensonge, plus détestable les uns que les autres, elle avait vécu son enfance dans un mensonge perpétuelle, et elle détestait cela à présent plus qu'autre chose.

    " T'oublier? Comment le pourrais je, sans toi, je n'aurais même pas la chance de vivre ici. Et puis, tu sais, les gens d'ici comme de l'extérieur ne sont que des gens qui souffrent, et je ne comprends pas pourquoi vous vous haissez autant."

    Encore un trait de sa naiveté et de sa candeur, et de son incompréhension face à ce monde chaotique, chacun aurait du se soutenir, plutôt que de s'entretuer, elle ne voulait pas entrer dans ce jeu qui voulait qu'on détestes quelqu'un juste par principe, biensur, elle était capable de hair, elle aussi comme les tueurs de James, mais elle le faisait pour des raisons qu'elle pensait valable, et non parce qu'elle était obligé de penser ainsi, de manière ridicule à son avis.

    Mais leur conversation fut interrompu par un léger bruit de calvacade, un membre de la relève très certainement, depuis l'attaque, il avait redoublé leur vigilance, et plus que jamais été à l'affut du moindre signe d'effraction, son regard laissa apparaitre alors la peur, peur pour lui, car si on le trouvait dans ses lieux, elle savait très certainement le sort qu'il l'attendait, surtout en ces temps d'après guerre ou le mot d'ordre était d'être sans pitié, elle le vit se dissimuler dans l'ombre, mais la tromperie ne semblait pas avoir marcher, elle savait que la personne allait venir voir de plus près à qui elle avait à faire, après tout à cette heure tardive, la prudence était de rigueur.

    Son cerveau s'envola dans un tourbillon de pensées plus ahurissantes les unes que les autres, mais une seule idée, lui venait à l'esprit. Le sauver comme il l'avait sauver, elle lui devait cela. Les pas se firent de nouveau entendre, régulier, quelques secondes avant que son identitée, ne soit découverte, un battement de coeur assourdissant lui emplissant les oreilles, une peur grandissante dilatant ses pupilles. Une pensée, une seule, encore et toujours.

    La distance se réduisait.
    Une solution.
    Deux mains se plaquant sur les joues froides, ses lèvres se déposant sur celle du jeune homme, un pieu baiser dont elle se servait de manière à dissimuler le visage du jeune homme à l'aide de ses mains, et de son visage.

    Les pas se stoppant, silence.
    La personne fit demi tour, la jeune femme pu la voir dans son champ de vision, elle se détacha alors et le regarda, elle pencha le visage

    " Tu es en danger, ici."


    Elle aurait du lui dire qu'il n'aurait pas du être là, et que d'autres risquaient de surgir à tout moment, mais elle commençait à se demander ce qui le poussait à s'aventurer en ses lieux interdits.

    " Tu as besoin de moi."

    Le son de sa voix était déterminée, elle ne comptait pas le laisser se faire prendre, même si cela mettait sa position en danger, elle lui devait cela et quoi qu'il fut venu chercher ici, elle devait l'aider à le retrouver au plus vite et l'aider à s'enfuir.

    " Suis moi"

    Elle avait dit cela d'un ton sans appel alors qu'elle se laissait glissait dans les sombres ruelles, elle connaissait les lieux pour les avoir explorer à maintes reprises, et elle connaissait les endroits moins surveillés, elle pourrait alors le convaincre de fuir au plus vite. Une seule chose résonnait au fond d'elle même, elle ne pouvait pas le voir mourir, pas avant de mieux le connaître et surtout de comprendre, comprendre pourquoi il l'avait sauvé elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nick Walters*

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 28
Age du perso : 25 ans
A Eden depuis : Il fait partit du clan des renégats
Humeur : Maussade
Date d'inscription : 16/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   Lun 22 Déc - 4:41

    La lune céleste, aussi resplendissante dans sa blondeur, avait décidé de trahir l’être de l’ombre qu’était Nick Walters cette nuit. Même son désir de cacher son visage ne fut exaucé. Apparemment, de son statut de juge maitresse, elle donna la permission à cette jeune femme pour le sauver. Doucement, le renégat sentit deux mains brulantes se poser sur ses joues. Le froid hivernal et cette chaleur tendre rentrèrent plus intimement en contact que ce lien rompu quelques minutes auparavant. Puis, les lèvres féminines se posèrent sur les siennes, voilant ainsi l’expression de Nick par la promiscuité des corps. Plus surpris mais aussi plus troublé que jamais, il laissa le rapprochement se faire. Pourtant, à peine avait-il reprit conscience dans ce tourbillon d’anxiété que déjà la bouche audacieuse s’éloignait de lui, sans qu’il est put y répondre.

    L’intrus était parti. Il avait fait demi-tour sous peine, surement, d’interrompre un rendez-vous amoureux ?
    Ainsi elle l’avait sauvé.


    Le jeune homme rouvrit les yeux, précédemment à demi clos. Les mots se bousculaient dans sa tête mais ne voulaient franchir ses lèvres. Elle le fit pour lui, soutenant son regard, lui indiquant que sa sécurité en dépendait. Pendant un court instant, les prunelles azurées semblèrent perdus, presque dans un état d’incompréhension. Elles qui d’habitude forgeaient des barrières pour ne laisser transparaitre aucune émotion.
    Nick se demanda alors pourquoi elle faisait tout ça ? N’avait-elle pas la certitude maintenant qu’il n’était pas dans son camp ? Qu’il était condamné pour l’éternité à être l’adversaire de ceux qui habitaient ces rues ? Pourquoi ne pouvait-elle pas le haïr comme les autres ? Mais aussi, pourquoi lui ne pouvait-il pas s’attaquer à elle comme il l’avait déjà fait avec d’autres ?

    " Tu as besoin de moi.", ces quelques syllabes marquèrent l’esprit de Nick un instant, elle lui proposer son aide pour l’emmener dans les lueurs profondes de la ville. Le jeune homme, d’habitude, ne faisait confiance à personne pourtant cette jeune femme lui inspirait aucun mal. Son but premier pour lequel il était venu à Eden cette nuit lui revint alors. Sa sœur ne l’attendait pas, certes. Pourtant, depuis les derniers évènements il n’avait plus pensé à elle. Il avait su là où elle logeait, c’était à l’opposé d’où il se trouvait. Et pourtant ses pas s’inscrivirent dans ceux de celle qu’il avait sauvée autrefois.
    Apparemment, la jeune femme savait où elle allait. S’enfonçant toujours plus dans les épaisses ténèbres des ruelles étroites qui ne semblaient pas être fréquentées, le renégat la suivit en restant derrière elle sans dire quelque mot. Pendant leur marche, où le silence régna en maitre, les doigts du jeune homme se posèrent sur ses propres lèvres. Elles possédaient encore la marque de la bouche féminine, aussi lointaine soit-elle. Il n’avait pu qu’apprécier un court moment la douceur mais l’emprunte y était éternel. Comme prit sur le fait en revenant à lui, Nick se maudit de tant de faiblesses. Il repoussa sa main et prit un air furieux contre lui.

    Le temps semblait s’être arrêté lorsque les retrouvailles les avaient surpris tous les deux. Mais bien soudainement, l’horloge et le décompte le rappelèrent à l’ordre. Il remonta sa manche d’un revers de main pour contempler sa montre… Il ne lui restait plus 32 minutes avant qu’il ne doive sortir d’Eden sain et sauf.


    « Attends. » dit-il en regardant toujours le cadran. « Il faut que… »

    Il s’interrompit en voyant qu’elle ne l’avait pas écouté. Nick se remit en marche, courut presque pour la rattraper. S’accrochant à son poignet, il la fit faire volte face, l’obligeant à s’arrêter. Balayant les environs du regard, plus rien ne semblait vouloir les interrompre.

    « Attends. Je…n’ai plus beaucoup de temps à trainer ici. Sinon je ne pourrais plus repartir. »

    Nick marqua un temps de pause, ses doigts frôlaient à peine la peau claire du poignet de la jeune femme. L’astre céleste illuminait partiellement le visage jeune aux traits si fins. Il admirait cette indifférence qu’elle portait sur le monde qu’il avait vu autrefois dans son regard, et encore aujourd’hui. Ce naturel inné. Cette fragilité. Cette franchise. Il ne pensait qu’un être qui puisse respirer le même air que lui était doté de cette incroyable qualité qui avait déserté ce monde aujourd’hui. On aurait dit qu’elle se sentait à l’écart de tout ce qui se passait autour d’elle, qu’elle était inconnue à ce monde de révoltes et de violence.
    Brusquement il recula en se raclant la gorge, réalisant qu’il l’avait fixé d’une manière si intense et impétueuse. Il fuit son regard et parla à nouveau :


    « Je suis un renégat. Tu sais ce que ça signifie, non ? »

    Comme pour effacer son précédent écart, Nick rejeta une nouvelle fois son regard sur les aiguilles qui décideraient de ses futurs projets. Il était trop tard maintenant pour rejoindre le quartier où habitait Alexia, trop tard pour trouver un magasin d’approvisionnement.
    Si différents étaient-ils et pourtant ils partageaient déjà un passé commun. Elle avait été l’innocente à qui on avait fait du mal. Lui était encore et toujours le complice de ses anciens tortionnaires. Il avait avoué sa nature mais pas le mal qu’il lui avait causé. Car même s’il n’avait pas donné les coups, il avait contemplé la scène sans ne rien faire. Il n’avait réagit que trop tard.

    Et pour quelles raisons l’avait-il sauvé ?
    La réponse il ne la connaissait pas. Ces deux dernières années n’avaient pas apporté le fruit de son acte de traitrise envers les renégats. Il l’avait fait. C’est tout.
    Malgré avoir accompli tant de mauvaises choses à coté de ce petit bout de femme qui inspirait l’innocence, Nick se refusait à se reprocher d’être ce qu’il était. Il ne voulait pas tomber sous l’emprise de ses émotions, ni se convaincre que quelqu’un avait retenu son attention, ni penser que sa place de renégat n’était pas la meilleur pour lui. Seul, il était plus fort et en était persuadé. Le jeune homme s’obstinait, depuis tant d’années, à croire que l’humanité entière était son seul ennemi.

    Même elle l’était.
    Il le fallait.
    Seulement, elle, elle l’avait sauvé.


    « Merci…Pour ce que tu as fait tout à l’heure… »

    La jeune femme n’avait pas hésité une seconde quant à tenter une mascarade pour bluffer le garde. Mais son ignorance au sujet du renégat aurait pu lui couté la vie. Même encore maintenant.

    « Tu disais que j’étais en danger, mais tu l’es beaucoup plus que moi en cet instant. Imagine que je puisse me servir de toi pour n’importe quelle machinerie de mon clan ? Ou que je décide de te tuer simplement parce que tu m’as surpris ce soir ? Ou que je décide de te faire vivre les plus vils tortures du monde ? Ou pire encore, qu’on puisse te voire avec moi ? »

    Reculant de quelques pas, il s’adossa contre le mur le plus proche. Il n’avait pas envie de partir, et pourtant il ne se l’avoua pas. Levant la tête, il scrutant le ciel. La lune ne semblait pas vouloir faillir par contre les nuages dissimulaient toujours les étoiles. L’odeur corporelle de la jeune femme vint chatouiller ses narines. Nick se demanda alors quel pouvait bien être son nom car, ce soir, les étoiles avaient déserté le ciel mais paraissaient vouloir scintiller et redessiner le visage qu’il avait contemplé tant de nuits lorsqu’il était inanimé. Par leur brillance étincelante, les nombreuses étoiles avaient aussi décidé de cacher le prénom. Néanmoins, peut-être ne valait-il mieux pas qu’il le sache. Seulement…Il ne repoussa pas les mots qui brulaient ses lèvres :

    « Je me suis demandé de nombreuses fois quel pouvait être ton prénom tu sais… »

    Sa voix était encore un peu froide, mais le ton sembla plus doux qu’à l’ordinaire. Un temps soit peu rêveur, toujours sans la regarder, Nick lui avait fait par de sa principale pensée. Même si déjà la gêne repeignait les traits de sa figure, il y avait toujours ce défaut de se renfermer sur soi-meme, ne laissait personne s'aventurer au-delà des limites qu'il voulait s'imposer.
    La brise légère de l’hiver s’aventura entre eux pour annoncer un nouveau silence.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blake Kennedy*

avatar

Nombre de messages : 8
Age : 31
Age du perso : 24 ANS
A Eden depuis : vient d'arrivée, il y a peu
Humeur : changeante
Date d'inscription : 15/12/2008

LOG BOOK
About Love: what's love ?
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   Jeu 25 Déc - 17:25


    Il l'avait stoppé dans sa marche décidée, ce qu'elle voulait c'était le faire sortir d'ici au plus vite, sans que sa peau qui ne valait pas chère en ces lieux soient transpercé de part et d'autre par des balles, elle fronça les sourcils alors à sa remarque sur le faîtes qu'il était un renégat, biensur elle était naive parfois même à la limite de la crédulité mais elle avait vite compris à qui elle avait à faire mais ce regard qui la transperçait de part et d'autre, cette main posait sur son poignet dans un geste qui ne reflétait que de violence, celle qui tourmentait le jeune homme et qui n'était en aucun cas dirigeait contre elle, la confortait dans ses pensées certe un peu simpliste pour certains qu'ils ne naviguaient pas dans un monde manichéen sans l'ombre de nuances de gris, elle le regarda alors, ne se défiant pas de son regard une seule seconde lui montrant combien, elle ne comprenait pas en quoi cela avait une quelqueconque importance, à ses yeux, il restait son sauveur, et rien d'autres n'avaient d'importance à cet instant précis, elle souffla sur une mèche de son visage, un peu trop longue malgré ses courts cheveux, et qui se rabattaient sur son front.

    " Une étiquette ? Qu'est-ce que cela peut bien m'apporter de la coller avec facilité."

    Elle avait à présent, une légère trace de détermination farouche peint sur les traits fins de son visage, si elle devait se contenter des étiquettes, alors elle serait encore et toujours probablement cette fillette caché sous l'étiquette de garçon que son père lui avait aposé dès la naissance, elle détestait plus que tout ces étiquettes, car pour elle, tout cela n'était qu'une vaste prison de plus qu'on imposait aux esprits qui n'avait plus alors ne serait ce que la liberté de s'exprimer, bien évidemment, elle pouvait comprendre la haine qui pouvait opposé deux personnes, et qui se protégéaient derrière ces images préfabriqués, mais l'homme qu'elle avait face à elle, l'avait sauvé, alors comment aurait elle pu ne serait ce qu'une seule seconde le considérer comme l'ennemi, à ses yeux, tout cela était probablement une chose impossible. Et quand il la remercia de l'avoir sauvé, un fin sourire éclaira son visage, l'illuminant immédiatement d'une nuance différente, comme une enfant tout simplement heureuse, elle le savait elle avait enfin pu lui rendre la pareille, et tout cela la remplissait d'un sentiment de pleinitude, elle ne prit pas la peine de répondre à cette simple sentence, si ce n'est d'un léger geste d'épaule indolent qui signifiait que tout cela n'était pas grand chose, après tout, qu'avait elle eu d'autres comme possibilité, le laisser choir au main de ce soldat préformaté, aurait été tout simplement que de la lacheté, et si il y avait bien une chose que Blake se refusait c'était de céder à la facilité, elle affrontait la vie avec ses propres armes, mais savait qu'il fallait pour elle, toujours faire les bons choix, si elle voulait parvenir à trouver le bonheur, même si cette notion paraissait quelque peu utopiste dans le chaos dans lequel ils vivaient jour après jour. Puis de nouveau, il reprit la parole pour la remettre en garde, mais contre lui cette fois, et alors elle eut une réaction totalement différentes de toute personne un tant soit peu normal, au lieu de se tétaniser de peur à ses mots menaçants qui était peut être le présage de ce qu'il croyait faire, elle lui adressa un large sourire confiant, et serein

    " Je ne crains rien, si je suis en paix avec moi même, alors peut être que tu aurais pu te servir de moi ou encore bien me tuer, mais j'en doutes, parce que je ne vois pas pourquoi tu ferais cela alors que tu m'as sauvé la vie, tu refuses peut être de voir le bon en toi, parce que tu vis depuis trop longtemps dans le déni, mais moi je le vois, et je le vois encore à cet instant précis."


    Elle se rapprocha de lui, et le fixa dans les yeux, ses yeux azurs, à la fois troublés et troublants, qui se posait sur elle, avec comme au fond une interrogation perpétuelle peut être le propre reflet de ce que pouvait renvoyer son regard, elle ne doutait pas une seule seconde de tout ce qu'elle pouvait interpréter et surtout de son instinct, elle savait juste qu'au final, il était peut être tout aussi perdu qu'elle ne l'avait été à une époque, et peut être qu'elle n'avait pas fini si elle voulait le sauver vraiment, peut être qu'elle devait lui faire comprendre qu'il valait beaucoup mieux que de n'être le pantin d'un homme qui ne désirait que la mort et le chaos, parce que cette douceur qui transperçait de sa voix malgré la froideur apparente, elle ne pouvait appartenir à un homme foncièrement mauvais, elle se refusait à y croire, et quand il laissa s'échapper comme une question qui ne demandait même pas vraiment de réponse, une question sur son identité, elle eut un léger sourire

    " Je me suis souvent demander la même chose à ton propos, connaître le prénom de l'homme à qui je devais une nouvelle fois la vie."

    Elle avait le ton pensif, et l'oeil distrait, se perdant dans ses propres cohortes de pensées confuses avant de reposer les yeux sur lui, et de lacher dans un murmure quelque peu embarassé

    " Mon nom est Blake "

    Un nom de garçon qui n'était pas forcément la meilleure moyen de renier son passé, mais elle n'avait pu en changer, malgré tout le calvaire qu'avait pu être de prétendre être quelqu'un d'autre durant son enfance, ce prénom à la conotation si masculine, était le dernier lien qui la reliait à un de ses géniteurs, même si c'était la partie la plus excentrique, et celle à qui elle redoutait le plus de ressembler, sombrant dans la même folie, il était le seul à l'avoir gardé prêt d'elle

    " Un nom de mec "

    Elle reposa les yeux sur la citée, elle n'avait pas vraiment envie de le quitter, pas sans en savoir encore plus mais elle le devait sinon, il pourrait ne jamais repartir, mais elle avait envie de le supplier de le revoir, elle voulait comprendre pourquoi il se considérait comme l'engeance du mal, alors qu'elle n'arrivait qu'à voir en lui, qu'un petit garçon paumée et terrifié, elle aurait voulu le prendre dans ses bras, et le berçait contre lui d'une voix rassurante, mais les choses étaient tout bonnement impossible, naive mais pas bête, elle comprenait que pour guérir les plaies profondes qui s'ancrait dans le coeur de ce jeune homme, il faudrait un peu plus que des mots et quelques gestes de réconforts, elle fronça les sourcils

    " Je ne sais pas pourquoi tu es venu, ici, mais tu dois repartir, si il te trouves..."

    Elle ne finit pas sa phrase mais son regard parlait pour elle, un regard perdue, désemparée, et reflétant une totale impuissance, face à ce qu'il pourrait se passer, une chose qu'elle refusait de voir. Elle attrapa de nouveau sa main, regardant leur deux mains, parfait contraste dans leur température, elle lacha du bout des lèvres

    " Tu as les mains gelées..."

    Constat en apparence banale et pourtant si métaphorique de ce que pouvait être la vie du jeune homme, elle plongea de nouveau son regard dans le sien

    " Ne me colles pas d'étiquettes, je vis à Eden, parce que des deux maux, à mes yeux c'est le moindre, mais je ne suis pas l'ennemi pour autant."

    Elle apporta la main du jeune homme à ses lèvres, et son souffle chaud, s'insinua entre les phalanges du jeune homme, avant que ses lèvres ne réchauffent temporairement l'endroit d'un doux baiser, elle lâcha alors son étreinte. Et regarda les alentours, les clotures d'Eden était en permanence surveillé, comment ferait il pour s'en sortir vivant, une angoisse profonde qui s'insinuait dans chaque recoins de son corps. Elle voulait savoir que même si ils n'étaient peut être jamais à même de se revoir, que ce soir, n'était qu'un cadeau bref du ciel, il s'en sortirait vivant.

    " Promets moi de prendre soin de toi, et de ne pas mourir..."

    Et des yeux noisettes se posant sur lui, dans un regard suppliant ou se mêlait une pointe d'espoir

    " Tu sais, si tu vis, j'aurais au moins l'espoir de pouvoir espérer te revoir un jour, et te faire comprendre qu'il faut lâcher prise avec ce que tu crois être pour laisser celui que tu es, et que je vois s'exprimer."

    Elle posa une main sur le torse du jeune homme à hauteur de son coeur, et ne détourna pas les yeux, peut être prenait elle un risque immense, après tout il avait été formaté pour le combat et la tuerie, et peut être se trompait elle sur son compte, mais elle ne pouvait s'y résigner à y croire, ne serait ce qu'une seconde.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retrouvailles tardives [Blake]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles tardives [Blake]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» N°1670 - Retrouvailles entre cousins. (pv)
» Des retrouvailles inattendues (Aiden)
» Casus Belli : les retrouvailles...
» Présentation Blake
» [Fan-Fiction] Bionicle Chronicles 6: Retrouvailles, Révélations & Trahisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, a new beginning II :: • Memories • :: Archives du forum :: Archives des topics-
Sauter vers: