AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu n'aurais pas du être là (Purdey)

Aller en bas 
AuteurMessage
Quentin Grant*

Quentin Grant*

Nombre de messages : 31
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Ven 26 Déc - 2:33

    Les journées étaient radieuses en ce moment, du moins pour Quentin qui n'arrête pas d'afficher un sourire sur le coin de ses lèvres, montrant ainsi sa satisfaction à toutes les personnes de son camp. Ce sourire s'élargit parfois encore plus lorsqu'il pense à ce que son frère doit subir dans la citadelle, devant surement être débordé de boulot, être en manque de vivres mais aussi se préoccuper d'enterrer les morts du dernier affrontement qui s'est passé entre les deux "sociétés" opposées. Depuis ce jour là, Quentin n'avait pas bouger un pied hors de son camps, pensant qu'il se passerait une contre attaque ou quelque chose dans le genre, mais non rien. Qu'est-ce qui pouvait bien pouvoir se passer la bàs, Eden avait l'air endormi, comme si il ne s'était rien passé du tout. Le tyran commençait tout de même à s'inquièter, il n'avait même pas pris la peine de prendre des nouvelles de ses espions tous tranquillement installés dans la ville, l'homme esperait plus qu'autre chose qu'ils fassent du bon boulot, sinon cela pourrait contrecarrer activement les plans de celui-ci.
    Bref, Quentin continuait de passer son temps à l'intérieur de sa tente attendant avec impatience les nouvelles informations de ses espions. Pour faire passer le temps, il s'amusait avec les nouvelles jeunes femmes voulant entrer dans son camp, au fil du temps ça en devenait presque un rituel d'entrée. L'homme aime montrer sa dominance sur tout le monde, il se sent supérieur et pour lui c'est ce qu'il est, une sorte de Dieu vivant si on peut dire sa comme sa. C'est lui qui décide si une personne à le droit de vivre ou pas, ça fait partit de ses innombrable "pouvoirs" qu'il s'est acquérit au fil des années. C'est alors qu'un membre des renégats entra lentement à l'intérieur de son habitation pour venir lui dire que le rapport des espions n'est pas arrivés en temps et en heure. Aïe gros problème, Quentin déteste le retard, le temps était la chose la plus importante pour espérer un jour pouvoir détruire cette citadelle, la ponctualité est la première chose que le tyran essaye d'apprendre à ses hommes.
    A cet instant là, son sourire s'effaça d'un coup, sa ne sentait pas très bon, vite cachez les femmes et les enfants, Quentin est en colère ! Personne n'aime participer à ce genre de scène, quand le chef n'est pas content valait mieux s'en aller tout de suite. L'homme était vraiment préoccupé, au point même de vouloir se déplacer personnellement à Eden et sa c'est très rare, même presque impossible. Il était trop impatient, il fallait qu'il sache de ses propres yeux ce qui pouvait bien se passer là bas. Quentin prenait d'énorme risque, le chef des renegats qui va rentrer discrètement à l'intérieur de la citadelle, il ne fallait pas vraiment que ça ce sache la. C'est pour ça qu'il informa personne de sa petite absence sauf l'un de ses espions présent dans la ville qui allait l'aider à franchir les barrières interdites, mais combien de temps allait-il rester avant que ça se sache, il ne sait pas vraiment, une chose était sur c'est qu'il n'allait pas perdre son temps là bas. Il ne fallait pas qu'il meurt maintenant, il a encore tellement de rêves à réaliser pour l'instant, puis son camps ne resistera pas longtemp sans un chef comme lui.
    Il se mit alors en direction de la cité en pleine nuit, il avait beaucoup plus de chance de ne pas se faire reperer, surtout que son visage doit être connu dans toute la ville. Quentin mit pas mal de temps avant d'arriver à destination, son espion l'attendait exactement à l'endroit où il devait être, ça c'est du beau boulot. Maintenant ce n'était plus trop difficile d'acceder à la citadelle grâce aux espions, mais il fallait tout de même faire attention, Quentin connaissait parfaitement bien l'intelligence de son frère et sait que si il ne fait pas un minimum attention il risque de se faire tuer sans difficulté. L'homme penetra discrètement la citadelle et sans perdre de temps il trouva un immeuble en ruine où il pourra sieger un petit moment seul, enfin seul, c'était sans compter la présence d'une jeune femme qu'il vit au loin. Il s'approcha discrètement d'elle, ne voulant pas la faire crier ou autre et puis si ça se trouve elle ne l'avait jamais vu auparavant, celle-ci était de dos et ne le voyait donc pas, lui non plus d'ailleur, ne pouvant poser de nom sur un visage que l'on ne peut pas admirer. Quentin lui souffla alors après avoir rapproché delicatement son visage de l'oreille de la personne...


    Bonjours..

    Sa voix était sobre, n'éprouvant jamais de sentiments, malgré ça il affichait toujours un petit sourire sur le coin de ses lèvres. Lorsqu'il vit son visage, il était sur de l'avoir déjà vu quelque part, mais où ? Pourtant Quentin avait une bonne mémoire, enfin depuis quelques temps, il y'avait tellement d'information qu'il devait mémoriser qu'il ne se rappelait plus de tout ce qu'on lui disait. C'est alors qu'une image frappa ses esprits, oui voilà où il l'avait croisé, il y'a déja un petit moment de ça, Quentin a pris un malin plaisir de tuer un nouvel arrivant accompagné d'une jeune fille qui rentra dans la citadelle. Que devait-il faire maintenant ?? La tuer ?? Sortir son arme ?? Attendons d'abord sa réaction, peut être qu'elle ne se rappelle plus de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purdey Lawson*

Purdey Lawson*

Nombre de messages : 30
Age : 26
Age du perso : 20 ans
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Ven 26 Déc - 16:08

    Purdey n'avait pas dormi cette nuit là, à cause d'une attaque de renégats qui avaient encore essayer de prendre d'assaut la ville. Depuis qu'elle vivait à Eden, elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi ces deux camps pouvaient mutuellement s'entretuer et elle ne faisait pas non plus beaucoup d'effort pour comprendre. Elle s'en fichait comme tout le reste ! De ce fait, elle avait tenté de renforcer le système de sécurité mais sans grand succès et elle allait donc devoir travailler avec des coéquipiers, ce qu'elle n'avait jamais eu besoin de faire auparavant.
    Réunis dans la salle de réunions, tous parlaient pour ne rien dire alors que Purdey, elle, restait muette, pianotant toujours sur son clavier pour tenter de trouver une solution. Ainsi en moins d'une après midi, la sécurité avait été renforcée aux abords d' Eden et tous pouvaient aller se reposer. Une nouvelle fois, Purdey n'adressa la parole à aucun des membres et s'éclipsa à travers la ville. Ici, elle pouvait passer inaperçue sans problème puisque personne ne la connaissait et qu'elle ne connaissait personne. C'est ainsi que la jeune femme se retrouva très vite dans l'immeuble en ruine, l'endroit où personne ne s'aventurait jamais et où elle pouvait rester seule.

    Elle entra ainsi d'un pas assuré pour déposer ses affaires sur de vieux débris qui n'avaient jamais manqués de s'écrouler. Elle resta debout et rouvrit une nouvelle fois son ordinateur puis y brancha un disque dur supplémentaire. Elle vérifia que tout était en ordre au niveau sécurité puis tenta d'accéder au réseau principal d' Eden mais ses actions furent veines car son ordinateur manquait de batterie et elle n'en avait pas sur elle. Elle se résigna, puis se dirigea vers une fenêtre délabrée par le temps. Elle croisa les bras et laissa son regard vagabondait sur l'horizon. Il n'y avait rien à signaler mais elle se plaisait à regarder cette ligne que personne ne pouvait franchir tout en continuant de ne rien ressentir. Elle ne remarqua même pas que la nuit avait endormie la ville. Ainsi, elle n'entendit pas non plus le chef des renégats s'approchait d'elle et se positionnait derrière elle. Seul son souffle heurta son oreille avant d'entendre un « Bonjour » assez neutre.

    Elle se retourna alors pour regarder l'arrivant, sa silhouette lui était étrangement familière mais elle ne se rappelait plus où elle l'avait vu. Elle le fixa ainsi pendant un temps évitant soigneusement son regard comme d'habitude, seul son sourire arrivait à capter son attention entière. Il lui semblait faux comme celui de l'homme pour qui elle travaillait quelques semaines plus tôt. Ses cheveux étaient ébouriffés suite au vent qui soufflait dehors. Il devait donc y être depuis un temps. Puis son regard descendit sur son torse, sa veste et son tee-shirt pouvaient lui dire qu'il était assez décontracté et très propre et elle en conclut très vite qu'il prenait soin de lui. Puis son regard descendit de nouveau d'un étage, il portait un jean troué. Le trou semblait être tissé dans la matière exprès, mais elle ne tira aucune conclusion de celui ci. Puis elle remonta son regard pour s'intéresser à son allure. Il se tenait droit, pas recourbé, elle en déduit qu'il était quelqu'un d'important dans la citée ou ailleurs car rien ne lui affirmait qu'il vivait dans la citadelle. Puis son regard fut attiré par un couteau qu'il avait positionné entre sa ceinture et son jean mais elle ne se méfia pas car elle ne ressentait plus rien depuis quelques mois même plus la peur de mourir en présence d'un inconnu. Son corps était vide de sentiments. Mais elle se doutait fort bien qu'un homme aussi imposant cachait d'autres armes sur lui. Enfin elle stoppa son raisonnement et décroisa ses bras pour les laisser tomber le long de son corps. Avec tout ça, elle en oublia totalement de lui retourner son « bonjour » mais ça n'avait pas l'air de le déranger tant que ça. La seule question qui arrivait encore à la tracasser était de savoir où elle avait déjà vu cet homme sans en trouver un semblant de réponse. Elle prit alors place sur le rebord de la fenêtre tout en continuant de le fixer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin Grant*

Quentin Grant*

Nombre de messages : 31
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Ven 26 Déc - 20:37

    Le regard du jeune tyran se baladait sur la silhouette de cette jeune femme présente devant lui, il se rappelait maintenant où est-ce qu'il l'avait vu, bon sa ne devait pas être un très bon souvenir pour celle-ci, puisque c'est le jour où Quentin enfonça un couteau dans le bas ventre d'un homme, peut être son père...L'homme sentait l'indifférence de la personne qui ne lui avait même pas retourné ses salutations, ou peut être parce qu'elle reflechissait et qu'elle n'avait pas pensé à lui répondre, en tout cas ce n'était pas maintenant que Quentin devait la tuer, cette rencontre pourrait bien être interessante. L'homme fixait le regard de la jeune femme, elle avait l'air de ne rien ressentir, ni crainte, ni joie, elle possédait un regard vide. Le renégat ne savait pas vraiment comment il devait se présenter, peut être petit "heureux de vous voir, je m'appelle Quentin chef des renégats et je vais vous tuer..." Faut dire que sa ne le fais pas trop. Il vit le regard de celle-ci se poser sur son couteau, c'est à ce moment là qu'il se dit qu'il fallait être un minimum sur de soit, car les personnes qui observent comme ça, reflechissent énormément et trouve souvent des réponses sans vraiment poser de question, juste en regardant.

    Quentin baissa légèrement la tête en souriant, il se plaça à ses côtés en observant également l'horizon, l'étendu de cette citadelle qui s'agrandissait de jour en jour malgré que le tyran fait tout pour la détruire, il ne pouvait pas contester le boulot de son cher frère. Ahh son frère, cet homme qu'il ne pense qu'à tuer depuis qu'il est adolescent, il est tellement prêt du but, que, il ne pourrait jamais faire quelque chose de stupide, à part être en plein centre du camp ennemi. Mais bon, c'est un peu du à son manque de confiance envers ses homme, remarque il n'a confiance en personne maintenant, tout le monde peut être un ennemi, même les plus proches de soi d'ailleur. Sa psychotique prend peu à peu le dessus et finira un jours par le détruire, c'est comme une sorte de maladie que l'on ne peut pas soigner et puis Quentin n'aurait pas confiance dans les médicaments qu'on lui donne xD. Sans dire un mot, l'homme continuait scruter l'horizon, jusqu'à ce qu'il dise....

    Je suis un proche du grand patron d'Eden, enfin de Nicholas...

    Il ne voulait pas trop en dire, ce serait débile de ne pas profiter un peu de la situation vous ne trouvez pas ? Et puis pourquoi ne pas se faire passer pour un habitant de cette citadelle, elle n'y verrait rien, à part si elle arrivait à se rappeler où est-ce qu'il s'étaient rencontrés, ce qu'il n'espérait pas pour l'instant. C'est alors qu'il détacha ses yeux sur cette cité lorsqu'il vit un petit ordinateur sur le sol, sa l'intriguait beaucoup, était-ce l'une de ces petits génies de l'informatique, qui doivent s'occuper notamment de la sécurité d'Edan ? Si oui, cela pourrait grandement l'interesser. Quentin se dirigea alors vers ce pc pour le prendre de la main gauche il le regarda d'un peu plus près pour reprendre alors...

    Tu fais aussi partit de ce qui doivent se charger de la sécurité d'Eden ?? Disons que moi, je me charge de les tester...

    C'était un peu vrai ce qu'il disait, son camp jouait beaucoup avec cette sécurité et il la mettait tous les jours à rude épreuve, mais bon c'est beaucoup plus facile quand on a des alliés à l'intérieur de la citadelle. L'homme avait toujours l'ordinateur à la main, il dirigea alors son regard vers celui de la jeune femme, ce serait tellement bien d'avoir cet ordinateur et pourquoi pas le prendre pour lui, il trouvera surement un petit génie de l'informatique pour décoder tout sa. Avoir une telle chose en sa disposition pourrait complètement donner un tournant dans l'avenir de la société d'aujourd'hui, surtout qu'au moin il ne partira pas d'ici les mains vides si on peut dire ça comme ça. L'homme observait toujours celle-ci, si elle se doutait de quelque chose, il n'hésitera pas à lui coller une balle entre les deux yeux, ce qu'il fait souvent d'ailleur. Celui-ci pense à reorganiser son camp, pourquoi ça ?? Pour s'assurer que toutes les personnes autour de lui sont digne d'un minimum de confiance, c'est vrai que les renégats ne parlent que très rarement entre eux et Quentin peut parfois être trop cool à son goût mais tout cela changera quand il en aura l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purdey Lawson*

Purdey Lawson*

Nombre de messages : 30
Age : 26
Age du perso : 20 ans
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Sam 27 Déc - 1:41

    Le silence s'installait doucement dans la pièce mais ne dérangeait absolument pas Purdey qui aimait ne rien dire surtout qu'elle n'avait pas encore décrocher un mot de toute la journée qui venait de s'écouler. Pourquoi user sa salive pour ne rien dire ? Elle se contentait du stricte minimum, et elle ne souhaitait pas démarrer une longue discussion sans queue ni tête avec cet inconnu. Elle le laissa ainsi la détailler, après tout elle faisait bien aussi. Elle le regarda se mettre à côté d'elle sans rien dire puis fixa un point droit devant elle sur le mur détruit par l'injure du temps et surement des attaques. Ainsi, il se jugèrent sans un mot pendant un long moment qui sembla pourtant passer très rapidement aux yeux de Purdey. Puis le patron des renégats reprit la parole. Mais elle se fichait pas mal qu'il connaisse le patron d' Eden car elle même ne le connaissait pas en personne. Elle savait qu'elle travaillait pour lui et ça lui suffisait. La preuve, elle venait même d'apprendre son prénom si l'inconnu à côté d'elle disait la vérité. Mais elle savait que c'était le cas car elle savait reconnaître lorsqu'une personne mentait.
    Puis elle le sentit bouger et le vit se diriger vers son ordinateur. Il le prit dans sa main gauche et Purdey se leva aussitôt. Elle avança vers lui, récupéra son ordinateur bien qu'il le tienne d'une poigne assez ferme. Cet objet était trop important pour elle pour laisser une quelconque personne y toucher. Il renfermait tout son esprit et représentait toute sa vie et elle ne le laisserait jamais entre de mauvaises mains tant qu'elle serait vivante. Enfin, elle s'exprima pour la première fois de sa journée.


    « - Ne touche pas à mes affaires !! »

    Elle avait un air blasé, et gardait un air très calme. Elle coupa la liaison entre son ordinateur et son disque dur pour ensuite ranger le tout dans un sac en bandoulière marron. Mais elle ne laisserait plus sans surveillance et enfila la lanière du sac autour d'elle. Elle laissa ensuite ses mains glissait le long de celle ci pour enfin les laisser trouver la chaleur de ses poches. Puis elle se répéta une nouvelle fois ses propos dans son esprit. Depuis quand le chef d' Eden assignait il des personnes pour tester le personnel qui veillait à la survie de la citée ? Elle haussa alors un sourcil et continua de réfléchir. Mais cet inconnu venait peut être des abords de la citadelle et ainsi, il avait réussi à entrer dans la ville. Elle déclara alors pour mettre fin à sa réflexion.

    « - Tester ? Explique, ça m'intéresse ! Tu vis bien à Eden, non ? »

    Après tout rien ne lui avait encore prouver le contraire, mais sait on jamais. Elle sortait quelque fois de la citée, son visage lui était familier et elle ne se rappelait plus où elle l'avait croisé. Il pouvait faire parti de n'importe quel clan même si il était proche de Nicholas. Ainsi, elle resta debout à le fixer au niveau de son torse pour ne pas avoir à croiser son regard et vérifiait qu'il ne s'approche pas d'elle. Elle ne pourrait supporter de perdre des mois de travail juste à cause d'une étourderie. Ce qui signifiait surtout perdre des mois d'acharnement à vouloir maintenir la sécurité dans Eden. Mais ce qui l'embêtait le plus, c'est qu'elle n'aurait surement aucune chance face à lui si il tentait quoique ce soit car il était plus grand et plus corpulent que sa silhouette fine et menue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Quentin Grant*

Quentin Grant*

Nombre de messages : 31
Age : 28
Date d'inscription : 23/12/2008

LOG BOOK
About Love:
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Dim 28 Déc - 16:25

    Quentin tenait en sa main, un objet qui pouvait réaliser tout ses désirs, il ne pouvait pas trouver mieux dans cette ville que cette ordinateur. Ses idées psychotiques fusèrent à l'intérieur de sa tête, la destruction d'Eden n'était tout simplement que l'objectif finale et pour cela il commençait à avoir plein de plans dans l'esprit, pourquoi ne pas désactiver la sécurité d'Eden et attaquer la citadelle en pleine nuit, une chance comme ça, ça n'arrivera pas tous les jours, il en était sur. Mais tout d'abord il fallait parler avec cette fille, et de gré ou de force il l'aura ce bijou de l'informatique, la seule chose qu'il pouvait craindre, c'était l'arrivée d'un de ces traqueurs pouvant mettre à l'eau son idée. Regardant ce pc avec envie, il vit alors la jeune femme se dresser et se rapprocher rapidement de lui pour reprendre fermement son outil. Celle-ci détacha ce qui devait surement être son disque dur de son ordinateur, elle mit tout ça à l'interieur d'un sac à bandoulière qu'elle accrocha sur elle pour ne pas qu'il puisse le reprendre. Un petit sourire s'afficha sur les lèvres du jeune homme, rien que l'idée d'avoir sa le rendait fou de joie, surtout qu'il écouta pour la première fois le son de la voie de la jeune femme, celle-ci reflettait énormement son regard vide de sentiments, un ton calme presque soupirant. Ce comportement est-il du à la mort de son père ?? Quentin n'en savait rien du tout, ce n'était pas un devin, ne prédissant pas vraiment l'avenir, à part peut être celui d'Eden. La jeune femme avait toujours l'air aussi indifférente de la présence de celui-ci, seul cet ordinateur la faisait réagir l'on dirait, peut être est-ce tout ce qui lui reste dans sa vie, un simple objet, en même temps Quentin y était un peu pour quelque chose, en tuant de sang froid l'homme qui l'accompagnait. La jeune femme lui dit alors de ne pas toucher à ses affaires, il caressa la lègere barbe qu'il avait sur la joue avant de reprendre...

    Sa doit être quelque chose de vraiment important pour réagir de cette façon...

    Ce ton sobre se faisait toujours ressentir dans la voix de Quentin, il n'exprimait que très rarement de sentiment lorsqu'il parlait, rien ne peut le toucher, pas même la tristesse, ni la pitié d'ailleur. Il faut bien réflechir avant de se mettre le tyran à dos, c'est aux risques et périles des gens que de choisir le mauvais camps. Mais il y'a quelque chose de pire que ses ennemis, ce sont les traîtres, ceux qui font ce qu'il ne faut pas faire et si cela devait un jours arriver dans son propre camps, il serait capable de les éliminés un par un. La jeune femme reprit alors cette fois-ci d'un air plus interrogateur, elle lui demanda plus d'explication sur le fait de "tester" la sécurité de la citadelle et si il vivait bien à l'intérieur d'Eden. L'homme afficha son petit sourire, il voyait très bien qu'elle se doutait de quelque chose, sa ne doit pas être ce genre de fille à donner sa confiance aussi facilement, Quentin était pareil...C'est alors qu'il passa une main sur ses cheveux, ahh encore cette manie, dès qu'il doit plus reflechir ou si une question le genait il faisait tout le temps sa. Il reflechissa un petit instant, il n'allait pas lui mentir, parce que le tyran n'était pas un gros menteur, à part quand il connaissait suffisement la personne en face de lui. Il reprit alors en redirigeant son regard vers celui de la jeune femme...

    Je vérifie si les petits génies de l'informatique font correctement leur boulot si on peut dire sa comme ça...Si cette sécurité est assez forte pour contrer une prochaine attaque de renégats...

    Ce qu'il disait était à peu près vrai, il n'allait jamais au bout des choses, préferant utiliser des termes plus vagues pour ainsi répondre à cette personne sans être obligé de mentir. Mais ce petit jeu ne dure pas très longtemps, car si l'on pose trop de question, tout cela peut être finit. Quentin vérifiait reellement si la sécurité est assez puissante pour éviter sa prochaine attaque qui aura lieu peut être plus tôt que prévut. Il reprit alors la parole pour continuer sa réponse, car il n'avait pas répondu à toutes les questions...

    Moi vivre à Eden, non pas pour moi...Tu dois te demander ce que je fais la...et bien je t'es donné la réponse...la vie en société ne m'intéresse aps trop et puis je n'aime pas vraiment être dirigé par quelqu'un...

    Il redéposa son regard sur ce sac que la jeune femme portait, l'objet qu'il désirait s'y trouvait, il fallait le prendre. Ses idées psychotique refirent surface, il fera une gaffe c'est obligé, comment contrôler une telle chose, c'est tout simplement impossible. Quentin avait alors presque changé de regard, ses yeux devinrent presque noir avec l'obscurité, il pencha sa tête sur le côté pour reprendre tout d'un ton calme...

    Dis moi...jusqu'à où serais-tu prête pour protéger cet ordinateur ?? La mort ?? La torture ?? Ce que tu possède sur toi ne devrait pas tomber entre de mauvaises mains, mais ça tu le sais mieux que moi je pense...As-tu une peur profonde ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Purdey Lawson*

Purdey Lawson*

Nombre de messages : 30
Age : 26
Age du perso : 20 ans
Date d'inscription : 20/12/2008

MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   Lun 29 Déc - 23:56

    Purdey resta stoïque face à la situation. Elle ne se méfiait pas de l'homme qui se trouvait en face d'elle et si il attaquait, elle aviserait comme d'habitude. Elle n'avait pas non plus peur de lui car il ne lui avait donné aucune raison d'avoir peur. De plus elle avait bien été enfermé pendant dix ans et ces derniers années, quoiqu'il lui arrive, elle n'avait jamais ressenti une quelconque frayeur à l'idée de mourir. La mort était paisible, facile. La vie, en revanche, était beaucoup plus dur. Elle n'avait donc pas peur de la mort sauf quand elle touchait à un de ses proches. Mais elle n'avait pas à s'en soucier puisqu'elle n'avait plus de proche, à part son ordinateur.
    C'était la seule chose qu'elle considérait encore comme une personne à présent et elle ne supporterait pas qu'on lui enlève mais faudrait il encore qu'on arrive à lui prendre. Elle l'écouta donc parler mais ne prit en aucun cas la peine de répondre à sa première phrase qu'il venait de prononcer comme une affirmation. Pas très bavarde, pourquoi prendre la peine d'user sa salive pour réaffirmer quelque chose de déjà affirmer. Elle le laissa donc continuer mais ses phrases étaient vagues et ne lui apportaient pas beaucoup d'informations supplémentaires. Elle comprenait à présent qu'il n'était pas sous la coupe des renégats, qu'il ne vivait pas à Eden et que la seule solution possible pour lui était qu'il vivait dans la nature. Mais encore une fois, son cerveau réfléchissait beaucoup trop et elle dut rétorquer.


    « - Mais les apatrides ne se soucient pas de la vie de la citée et se fichent pas mal d'entrer dans un des deux camps alors, pourquoi es tu là ? Et pourquoi cherches tu à tester cette sécurité si tu ne veux pas vivre à Eden ? En quoi les renégats ont une quelconque importance pour toi ? »

    Elle ne voulait pas se faire une opinion immédiate car même en lisant entre les lignes, elle pouvait se tromper mais cet homme attisait sa curiosité, cette odeur de secret qui planait l'inspirer à connaître la vérité. Mais si elle ne l'avait pas, elle ne chercherait pas non plus à la connaître à tout prix, car malgré tout, elle continuait à s'en ficher. Si il voulait tester la sécurité, qu'il la teste mais ce serait à ses risques et périls. Surtout en divulguant le fait qu'il avait réussi à la braver devant une geek.
    Puis elle sentit de nouveau son regard se posait sur son ordinateur, elle sortit ainsi ses mains de ses poches pour les entourer autour de la lanière de son sac. Elle les agrippa fermement à celle ci et releva la tête vers son visage. Elle ne croisa pas son regard, elle le fuyait depuis le début de leur conversation. Elle aperçut seulement un sourire naitre au coin de ses lèvres et la curiosité fut encore plus grande. Pourquoi souriait il ainsi ? Et pourquoi avait il pencher la tête ? Elle écouta pourtant ses paroles attentivement sans vraiment comprendre le sens de ses questions auxquelles elle ne donnerait pas de réponses. Leur conversation commençait à prendre plus une tournure d'interrogatoire que de simple discussion. Mais elle bougea quand même ses lèvres pour lui répondre sans vraiment lui répondre. C'était à son tour de faire dans le vague.


    « - Je serai prête à aller jusqu'où je serai prête à aller. Mais si je comprends bien tu serais prêt à me tuer ou à me torturer pour avoir les données qu'il contient en supposant que tu veuilles savoir ce qu'il contient. Mais sache que je n'ai pas peur de la mort, ni de souffrir puisque je ne ressens plus rien depuis dix longues années. Sais tu ce que sait de rester couper du monde pendant dix longues années, de n'avoir pour camarade de banc qu'un ordinateur, de rester cloitrer dans un silence profond et une solitude qui prend un goût amer au fil du temps. Au début, tu souffres, de ne pas sortir, de pas pouvoir de lier d'amitié pour quelqu'un à part ton père, de ne pas pouvoir aimer, ne pas pouvoir sentir le vent caresser ton visage, de ne pas voir le temps s'écouler mais au fil des années, la souffrance s'éteint et plus rien ne t'atteint quoiqu'il se passe. Alors crois tu vraiment pouvoir faire renaitre cette souffrance ? »

    Elle plissa les yeux mais ne bougea pas pour autant. Elle gardait un ton toujours aussi blasé qui ne cherchait ni de la pitié, ni du réconfort. Elle ne souhaitait rien à part réagir elle même mais ce qu'elle ne fit pas parce que comme elle venait si bien de le dire, cela faisait des années que la souffrance s'était éteint avec ses rêves, et ses envies. Même la mort de son père ne lui avait rien fait, seul les mots qu'elle avait à lui dire pouvait encore peut être lui faire du mal. Mais pour l'instant plus rien ne l'atteignait à part sa propre peur, sa peur d'elle même. Elle continua alors sur le même ton sans bouger.

    « - Le méchant cherche toujours à atteindre le point culminant de la peur pour la contrôler et la faire tourner à son avantage, alors que le gentil ne fait que tourner autour de cette peur pour éviter de prendre peur lui même. Alors qui crois tu donc être le gentil ou le méchant ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu n'aurais pas du être là (Purdey)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tu n'aurais pas du être là (Purdey)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je savais que j'aurais dû me mêler de mes affaires.
» j'aurais une question oh grand Snot à Barbe: souscouche prép
» [CR] Showtime Hanoï : les nems contre-attaquent
» Immortalys
» Si quelqu'un est dispo pour rouler vendredi matin ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, a new beginning II :: • Memories • :: Archives du forum :: Archives des topics-
Sauter vers: