AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The most loneliest night of my life (libre)

Aller en bas 
AuteurMessage
Svenn Bjornson

Svenn Bjornson

Nombre de messages : 6
Age : 32
Age du perso : 27 ans
A Eden depuis : Quelques mois
Humeur : Perdu
Date d'inscription : 07/01/2009

LOG BOOK
About Love: ...
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
30/100  (30/100)

MessageSujet: The most loneliest night of my life (libre)   Sam 17 Jan - 3:31

Depuis que ses réserves de drogue s'étaient asséchées, depuis qu'il se détachait peu à peu de l'influence de Marshall, Svenn recouvrait ses facultés trop longtemps embrumées par des substances diverses, variées mais toutes aussi néfastes à son discernement. Il se souvenait de l'engouement qui l'avait saisi lorsqu'il avait intégré les Renégats. Ces hommes et ses femmes qui protégeaient jalousement leur chaos et leur liberté lui avaient semblé "cool". Et s'il y a une chose qui faisait plier Svenn à la volonté d'autrui était son degré de "coolitude". A l'heure actuelle, Svenn trouvait de plus en plus cette guerre qui faisait rage entre les habitants d'Eden et ceux de son clan parfaitement inepte. Si certains survivants souhaitaient se regrouper pour tenter de recréer ce qu'ils avaient perdu en quoi cela les dérangeaient? Alors, certes, il fallait cesser de vivre en pique-assiette et de piller chaque convoi qui se dirigeait vers la cité, mais ne serait-ce pas plus gratifiant de survivre grâce à ce que l'on a semé?

Svenn s'éloignait plus fréquemment du camp des Renégats. Il n'a jamais bénéficié de la haute estime de ces compagnons. Ces derniers mettaient ces sorties sur le compte de la stupidité qui semblait être une seconde nature chez Svenn. Bjornson a toujours été le larbin de Marshall. Il lui obéit au doigt et à l'oeil. Pas de soucis à se faire si le débile léger qui a l'impression d'avoir été touché par la Grâce Divine s'en allait quelques heures. En fait, le Norvégien profitait de ces moments de solitude. Auparavant, ces instants étaient envahis par les fantômes du passé, il était assailli par des visions d'une autre époque. La solitude, les villes désertes, les cadavres pourrissants de sa première petite bande contre lesquels il s'était lové après que le virus ai ravagé la surface de la planète.

Depuis que la drogue l'avait quittée, il ne les voyait plus. Ils ne l'assaillaient plus de questions réduites à un glougloutement incompréhensible parce que leurs langues noires et gonflées ne pouvaient plus exprimer de mots. Assis, face à la mer, Svenn essayait de faire le point. Régulièrement, au campement, son regard se tournait vers la forêt. Il se demandait combien de temps il pourrait s'y terrer avant qu'on le débusque. A moins qu'il ne se range du côté d'Eden? Tous les cas de figure qu'il s'imaginait finissaient de la même façon. Il mourrait. La nouvelle lucidité de Svenn lui avait fait comprendre à quel point il était faible. Il n'a jamais une excellente santé, il n'est pas très endurant, il souffre encore de crises de manque terribles pendant lesquelles il cherchait frénétiquement une dose depuis longtemps disparue. Au campement, il jouait toujours ce rôle que les autres avaient coutume de voir. Mais derrière ce front lisse et ces cheveux sombres, des idées tentaient de s'imbriquer.

Partir? S'enfuir? Rester? Dans tous les cas, il serait un traître. Les idées véhiculées par les Renégats n'étaient plus les siennes. L'avaient-elles été au moins une fois?
Un vent léger et froid soufflait sur la plage dessinant de fines ondulations à la surface sablonneuse. Une lune énorme et argentée se hissait paresseusement sur un firmament nuageux masquant les étoiles. Svenn remonta ses genoux sous son menton et les entoura de ses bras. Silencieux, il se passa la langue sur ses lèvres desséchées et au goût de sel.
Et maintenant...que devait-il faire? Marshall avait toujours pensé à sa place. Il avait l'impression d'être orphelin. Un enfant égaré sans balise pour le guider...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Matthews Fox

Ethan Matthews Fox

Nombre de messages : 28
Age : 31
Age du perso : 24 ans
A Eden depuis : 16 mois
Date d'inscription : 30/12/2008

LOG BOOK
About Love: L'amour fait mal, pourquoi s'y attacher?
RELATIONSHIP:
Esprit de combativité:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: The most loneliest night of my life (libre)   Mar 3 Mar - 21:01

    « C’est quoi la peur ?
    - C’est… ce sentiment affreux qui te ronge de l’intérieur.
    Elle te paralyse, t’empêche de réfléchir, t’empêche d’agir.
    - La terreur, les frissons glacés, la méfiance en sont ses prémisses.
    - Elle peut te prévenir aussi.
    Lorsqu’un danger approche tu ressens la peur. Mais si on la laisse nous envahir…
    - On perd le contrôle de nous-mêmes. »

    J’ai longtemps été paralysé par la peur. Mais je n’en ai pas le souvenir. Oncle Julien disait que rien ne me faisait peur, que j’étais un petit dur. Je me demande pourquoi il me mentait ainsi. C’était peut-être dans son idée de faire de moi une sorte de super héros ou de super soldat. J’avais peur comme un enfant sans défense lorsque le cataclysme est arrivé. Peur de perdre ceux qu’il aimait, peur de ne décevoir son oncle, peur de ne pas pouvoir se contrôler face aux cris et aux larmes. Il avait peur de ces hommes violents qui entraient chez les gens, frappaient les innocents jusqu’à ce qu’ils en crèvent, volaient leur affaires personnelles, pillaient tout ce qu’il pouvait. Ces gens que maman et tonton combattaient. Il avait peur qu’un jour, maman ne revienne pas. Il avait eut peur aussi quand maman était tombée malade. Il avait eut peur de la perdre à tout jamais. Mais il n’était qu’un enfant. Il est normal qu’un enfant ressente la peur. Mais ce n’est pas ce qu’on lui avait dit. « sois fort » lui avait-on dit quand maman était morte. « n’aie pas peur » lui avait dit tonton face aux pilleurs alors qu’il était pas assez armé, trop petit, trop jeune. « contrôle tes sentiments » lui répétait son oncle. Et j’ai écouté mon tonton, j’ai suivit ses ordres à la lettre. Et maintenant, je me demandais ce que c’était la peur, si ce que je ressentais c’était la peur.

    Je n’avais plus remis les pieds sur cette plage depuis longtemps. La dernière fois, c’était Vanille qui se tenait, les pieds nus dans l’eau, devant moi. Elle avait voulu me forcer à rester. Rester auprès d’elle. Sa voix me déchirait les entrailles. Il fallait que je sois à ses côtés. Je n’avais pas le droit de l’abandonner à nouveau. Elle m’avait frappé, elle avait hurlé, mais j’étais retourné vers Eden. Vanille avait espéré qu’en se donnant à moi, en m’offrant son corps je resterais. Elle savait pourtant que j’étais la pire raclure sur ce fichu monde. Je n’avais pas envie de me souvenir de ce que je lui avais infligé, encore et encore. J’étais une ordure mais malheureusement je ressentais le remord et le chagrin. Personne ne vous explique lorsque vous céder au mal que ça va vous ronger pour l’éternité. Un bon geste ne rattrape pas une vie de mauvaise action. Et pourtant ? L’espoir restait. Si j’étais sur cette fichue plage que je haïssais au fond de moi, mais moins que moi-même, c’était quelque part pour une bonne action.

    Oui, j’étais venu chercher quelque chose ici. A vrai dire, c’était quelqu’un. Svenn Bjornson est un renégat. Il fait partit de ce clan qui fut le mien et qui le restera jusqu’à la fin de mes jours puisque j’ai échoué. Ce jeune homme qui marche sans but comme une âme en peine fixant l’océan devant lui était drogué la dernière fois que je l’ai vu. Il l’est d’ailleurs encore, mais il essaie d’arrêter. N’ayant plus vraiment de quoi se droguer, il faut bien dire que tout se raréfie par ici, il a cessé de lutter pour trouver sa dose, et pourrait dans bientôt se libérer de l’emprise de Marshall. Qui est Marshall ? Un démon de la pire espèce qui soit. Manipulateur, menteur, égocentrique, cruel, il aime dominer et faire souffrir. Sa dernière cible en date, c’était moi. A moins qu’il n’est encore violer une membre de son propre clan. Marshall exerce sa domination sur chaque membre du clan, mais influencer Svenn, ce pauvre garçon perdu était parmi ses jeux préférés. Aujourd’hui j’espère changer la donne. Libérer Svenn des Renégats et de Marshall, c’est un peu me redonner de l’espoir, mais surtout me venger de Marshall.

    « Bonjour Svenn. » fit-il d’une voix douce pour faire remarquer sa présence au jeune homme. « Comment vas-tu aujourd’hui ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The most loneliest night of my life (libre)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Information chatbox .
» Life begins at Night - Fangtasia spotlight
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy
» [Résolu] Ravenous Trap + Capacité dredge (life from the loam)
» Welcome to my life...! ♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden, a new beginning II :: • Outside • :: La plage-
Sauter vers: